• petits contes comme autrefois ou presque

    petits contes comme autrfois ou presque

     Petits contes comme autrefois, ou presque de  Gérard HUBERT-RICHOU.  6 Histoires courtes débutant selon un schéma classique de conte mais ... Très sympa à lire aussi. (éditions lire c'est partir, 1€ le livre frais de port compris).

    Ces 6 petits contes ressemblent à ceux d'autrefois, à cette exception                près que la fonction des personnages est détournée. Il n'est plus question               ici de douce princesse, d'abominables dragons...Vous découvrirez au                 travers de ces histoires une vilaine princesse et un prince grognon, un            dragon qui ne cesse de pleurer, 7 nains (pas ceux de Blanche-Neige)                   qui tentent de mettre fin à l'existence d'une horrible sorcière...

    Dans Les royaumes jumeaux, la gentille sorcière Bilinda est chargé par              les deux rois, fatigués de régner, d'unir leurs rejetons. Si le prince Florian            est grognon, la princesse Mélinda est une chipie. Heureusement, la sorcière           peut compter sur son charmant dragon, très bien dressé.

    Le crapaud est une histoire relativement classique de prince charmant transformé... en crapaud justement. Trouvera-t-il une jolie princesse qui                voudra bien l'embrasser ? Ou devra-t-il s'unir avec une charmante femelle     crapaud ? Reste aussi à savoir s'il parviendra, ce charmant prince Armand,            à se venger de la sorcière qui l'a ainsi transformé.

    Comment faire la peau d'une sorcière montre les tentatives désespérées             pour venir à bout de la méchante sorcière Sacra-Manta. Les méthodes             choisies vont de la plus originale à la plus singulière, sans garantie de             résultats.

    Le dragon qui pleurait sans cesse. Je ne vous dirai pas pourquoi, il pleurait,          ni même les remèdes qu'il a ingurgité pour guérir (nous retrouvons la sorcière Bilinda) je vous dirai simplement qu'il gagnera un ami pour la vie et un emploi sympathique.

    L'ogre exploite cette figure traditionnelle du conte. Attention ! Cet ogre est gourmet, il ne mange pas de la chair d'enfants de plus de douze ans. Il a du            mal à trouver des fournisseurs. Ce conte est bourré d'humour, assaisonné de quelques anachronismes. "Je suis incapable de faire du mal à une souris qui dévore nos corn-flakes" est une jolie formule, surtout quand elle est dite par un personnage aussi courageux que Gilou, défendant ses petits frères et sœurs contre la voracité d'un ogre. Le narrateur n'est pas en reste, qui commente la situation et salue la bravoure du jeune garçon : "attendri par ce geste, et les pensées anesthésiées par cinq verres, bonjour les super dégâts !"

    Le géant réunit tous les personnages (ou presque : la sorcière Sacra-Manta a         été anéantie) que nous avons rencontré dans ce recueil. Ce conte est une véritable mise en abîme de l'écriture et des procédés propres aux contes             de fées.

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :